Ivoirien, Yacouba Konaté fuit son pays, connaît la cruauté, les camps, l’esclavagisme... « Là-bas, tout était extrême, la vie d’unedifficulté incroyable. (...) Je rêvais de paroles de chansons et lematin, je les écrivais comme si elles m’avaient été dictées ».

« Là-bas, tout était extrême, la vie d’une difficulté incroyable. Quand tu avais froid, tu mourrais de froid. Quand tu avais faim, c’était à en crever. (...) Je rêvais de paroles de chansons et le matin, je les écrivais comme si elles m’avaient été dictées ». Yacouba Konaté préparait un BTS en ingénierie lorsque les rebelles sont entrés dans Daola (Côte d’Ivoire). Obligé de fuir, le jeune homme découvre dans le chant la force pour survivre à l’inhumanité de sa situation. Accompagné de Wally Saho aux percussions, Le jeune Yacou est une traversée abrupte des crises contemporaines, un temps de vérité, où deux hommes au plateau entourés d’enfants et d’adultes, partagent, transmettent et guérissent. « Le jeune Yacou parle à ma place. C’est ce que j’appelle mon « destin naturel. » (...) Il y a des choses que je n’arrivais pas à dire avant et qui sortent maintenant, en même temps que mes larmes. Parfois les enfants pleurent avec moi, parfois on danse, parfois on rit. »

Un spectacle produit par l’Atelier des artistes en exil.

En raison de la situation actuelle, le spectacle est accessible aux adultes et enfants à partir de 7 ans sur inscription, dans la limite des places disponibles et dans le respect des conditions sanitaires. La date et l’heure sont susceptibles d’être modifiées.

Détails des prochaines sessions

Le à